Actualité FerrariActualité voitures électriques

Une 288 GTO Evoluzione, l’une des Ferrari les plus rares, les plus importantes et les plus laides de tous les temps, est à vendre


L’intersection des courses du groupe B et de Ferrari est un moment dont on parle rarement dans l’histoire, en grande partie parce qu’il ne s’est jamais vraiment produit. Mais cette voiture, la Ferrari 288 GTO Evoluzione de 1987, rappelle que le constructeur automobile cherchait à rejoindre la classe De course la plus extrême des années 80.

L’une des cinq voitures existantes, la voiture était une évolution de la 288 GTO, comme l’autorise la réglementation FIA, qui était destinée à être utilisée pour homologuer l’entrée de la marque dans les courses de voitures de sport du groupe B.

Mais, la classe A été rapidement annulée après une série d’accidents tragiques, alors Ferrari l’a appelée après avoir construit seulement cinq des 20 modèles d’homologation qu’elle avait l’intention de faire. Bien qu’il n’ait jamais eu l’occasion de vraiment courir, tout indique qu’il s’agit d’une bête impressionnante.

Lire aussi : Ferrari F40 Competizione et 288 GTO Evo honorées dans un film japonais

Propulsé par le moteur Tipo F114 CK, il était capable de produire 650 ch (485 kW/659 ch), soit 60 % de plus que la 288 GTO standard. Pesant à peine 940 kg (2 072 lb), il avait le meilleur rapport puissance/poids de tous ses rivaux de son époque et était capable d’atteindre 229,9 mph (369,9 km/h).

Bien qu’il ait été un interprète impressionnant, le nouveau corps, conçu par Pininfarina et fabriqué à partir de Kevlar et de fibre de verre, semble donner la priorité à la fonction plutôt qu’à l’esthétique. Mettez-le à côté d’un F40, cependant, et les idées sur lesquelles on travaillait deviennent immédiatement claires. Bien que loin d’être identique à la supercar qui l’a suivie, la 288 GTO Evoluzione est devenue un banc d’essai important pour la F40.

Cet exemplaire, numéro de châssis 79888, le quatrième de cinq, a été acheté pour la première fois par Jean Blaton, un riche industriel belge qui était également un pilote de course privé très pratique. Ayant couru au Mans 15 fois dans les années 50, 60 et 70, il a piloté certaines des voitures les plus emblématiques de Ferrari, notamment la 250 Testa Rossa, la 250 LM, la 250 GTO et la 330 P4, entre autres.

L’un des corsaires préférés de Ferrari, il était un récipiendaire évident de la 288 GTO Evoluzione. Depuis lors, la voiture a été détenue par un certain nombre de collectionneurs au fil des ans, notamment par Lawrence Stroll.

Aujourd’hui vendue par un vendeur en Allemagne, la voiture a été récemment rendue à Michelotto à Padoue, qui a aidé Ferrari à la construire d’origine, afin d’être révisée. La majorité de ses denrées périssables ont été remplacées, les amortisseurs, les étriers de frein, la pompe à eau et les deux turbos ont été révisés, de nouveaux pneus ont été installés et la boîte de vitesses d’origine a été remise à neuf.

La dernière voiture de course GT approuvée par Enzo Ferrari, la centrale électrique autorisée sur la route, est un morceau d’histoire et un lien important dans l’histoire de Ferrari. Plus précisément, c’est extrêmement rare, donc ça devrait coûter un joli centime quand c’est aux enchères par RM Sotheby’s entre le 19 et le 21 octobre.

Source

Voir aussi:   Nous nous rapprochons du VUS hybride rechargeable BMW XM 2023
Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

Veuillez désactiver votre bloqueur de publicité pour pouvoir voir le contenu de la page. Pour un site indépendant au contenu gratuit, c'est littéralement une question de vie ou de mort que d'avoir des publicités. Merci de votre compréhension!